Sommaire du journal N°31 - Décembre/Janvier 1998

Chers lecteurs,

Nous avions interviewé, il y a trois ans, les maires fraîchement élus ou réélus. Il nous a semblé intéressant de faire, à mi-mandat, le point avec eux sur l'ensemble des projets qu'ils avaient présentés au moment de leur élection.
Il n'est pas facile d'être maire aujourd'hui. Outre la tutelle pesante de l'administration qui fait dire au plus ancien maire de France, Guy Lartigue, à Grayan-et-L'Hôpital, que la décentralisation a été dévoyée et que nous sommes passés, en fait, «de la décentralisation à la technocratie et de la technocratie à l'autocratie», les maires doivent faire face, aujourd'hui, aux procédures engagées par les particuliers. C'est ainsi que le maire d'Hostens vient d'être mis en examen parce qu'un enfant s'est noyé dans le lac de sa commune. Les maires du Médoc, qui se sentent tous concernés – et d'autant plus que leurs territoires comprennent des lacs et un littoral parfois dangereux –, lui ont tous apporté leur soutien. Le cas, en l'occurence, est dramatique mais, demain, n'importe qui portera plainte contre le maire de la commune parce qu'il se sera foulé la cheville dans un nid de poule.
Un orage peut abattre un arbre qui peut tuer quelqu'un. Cela arrive malheureusement tous les étés. On peut imaginer, là encore, que le propriétaire de l'arbre, collectivité ou particulier, sera tenu pour responsable. Faut-il, pour autant, abattre tous les arbres ?
Une vision irréaliste de la société, mais de plus en plus ancrée dans les esprits, conduit, en effet, à penser que l'on peut tout prévoir, qu'il n'y a pas de fatalité, que tout est maîtrisable. Il faut donc trouver, à tout prix, des responsables même s'ils ne sont pas coupables. Et il y a suffisamment de lois pour permettre à n'importe quel juge de mettre quiconque en examen. Plus de 500 maires le sont ainsi en France, pour des raisons diverses. L'immense majorité d'entre eux sont des gens honnêtes, dévoués au bien commun.
Résultat : selon un sondage réalisé à l'occasion du congrès de l'Association des maires de France, la moitié d'entre eux ne veulent pas se représenter aux prochaines élections. Ce qui est très inquiétant pour la démocratie.

Claude Fouchier

Médoc

Vins

Lacanau

Carcans-Maubuisson

Hourtin

Naujac-sur-Mer

Vendays-Montalivet

Grayan-et-l'Hôpital

Soulac-sur-Mer

Le Verdon-sur-Mer

Vensac

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
5 € N°144
Juin/Juillet/Août 2018

Commander
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous