Lacanau - N°83 - Août/Septembre 2007

La pression monte au Huga

L’ancien hôtel-restaurant va être cédé au groupe immobilier bien implanté à Lacanau-Océan pour une transformation complète d’ici 2009. Parallèlement à ce projet hôtelier, la rénovation de la villa Plaisance est désormais lancée.

 

Comme les séries américaines, elles-mêmes subdivisées en plusieurs saisons, le feuilleton qui pourrait s’intituler L’Etoile d’Argent vient de connaître un nouvel épisode déterminant pour la suite des évènements. Le plus ancien hôtel-restaurant de Lacanau-Océan, fermé depuis une bonne dizaine d’années, devrait, sauf coup de théâtre, rouvrir ses portes d’ici 2009. Parallèlement et à quelques mètres de là, la villa Plaisance devrait, elle aussi, retrouver une nouvelle jeunesse. Légué à la commune par Michel Duphil, 1er adjoint au maire décédé en 1994, cet ensemble hôtel et villa fait partie de ces dossiers qui traînent en longueur et sont autant de terrains de polémique. Pour le seul mandat de Jean-Michel David, la solution de reconversion envisagée cette fois-ci avec le promoteur Alma France est le troisième projet proposé par le maire.

Après deux flops successifs en 2002 (projet résidentiel Bouygues rasant la villa Plaisance) et en 2006 (projet hôtelier Errera), les élus ont sélectionné un groupe immobilier déjà présent autour du golf de Lacanau et bientôt, semble-t-il, près du futur green de Grayan-et-l’Hôpital. La commune a choisi de céder l’ancien hôtel à Alma France (685 000 e) qui présentait, selon elle le projet «le plus viable au niveau économique». Faire vivre un établissement haut de gamme à Lacanau-Océan, c’est le «projet le plus réfléchi avec un architecte qui connaît bien la ville» qui a été sélectionné par les élus à l’unanimité. «Les élus ont été sensibles au principe de la préservation et de la réhabilitation de l’ancien hôtel, en retrouvant les origines esthétiques du bâtiment. Ils ont également apprécié le parti pris architectural du bâtiment hôtelier nouveau qui serait directement relié au pavillon d’origine, ainsi que la réalisation d’un restaurant gastronomique.» Au total, le nouveau complexe devrait compter comme par le passé une trentaine de chambres. Elles seront réparties entre le bâtiment principal qui sera restauré et les annexes qui seront démolies et reconstruites. Entre la signature de l’acte, la délivrance du permis de construire, les travaux et la livraison du nouvel Etoile d’Argent, il devrait s’écouler, selon l’hypothèse la plus optimiste, au moins 18 mois. Etroitement liée à la rénovation de l’hôtel, la restauration de la villa Plaisance va pouvoir commencer. Cette fois, en tant que propriétaire de la bâtisse, la commune finance l’opération. Pour sauvegarder cette villa en piteux état, il y a pratiquement tout à refaire à l’extérieur comme à l’intérieur, sans compter le parc, les accès et l’éclairage. De quoi faire rapidement monter la facture à 418 000 e, selon la première estimation des travaux pour lesquels les appels d’offres vont être lancés prochainement. Dans le cahier des charges figure «le principe d’un usage public du rez-de-chaussée et d’une rénovation des autres niveaux qui n’auront pas vocation à recevoir du public». A ce stade, il est encore trop tôt pour savoir quel service aura un point d’accueil dans ce bâtiment.

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous