Sommaire du journal N°62 - Février/Mars 2004

Chers lecteurs,

Les élus de Vendays-Montalivet ne veulent pas des gens du voyage. Ils ne sont pas les seuls. Seulement, ils le proclament, par la voix de leur maire Michel Bibey, de façon plus véhémente que les autres. Mais il y a la loi Besson, qui date de 1990 et qui oblige notamment les communes de plus de 5 000 habitants à offrir une aire d'accueil aux gens du voyage. Elle a également prévu des schémas départementaux d'aires d'accueil. Celui de la Gironde, mis en place en février 2003, prévoit 47 aires pour 1 200 places. Pour le Médoc, 400 places sont prévues, répertoriées en aires d'accueil permanentes, saisonnières – c'est-à-dire pour un stationnement maximum de quatre mois – et de passage.
Carcans-Maubuisson, Lacanau et Vendays-Montalivet doivent offrir, chacune, 30 places saisonnières, Naujac, 8 places de petit séjour.
La sous-préfète de Lesparre a réuni tous les maires, il y a quelques jours, et brandi le bâton devant les récalcitrants. Il faut que les aires soient installées avant février 2005 si les communes veulent bénéficier des aides de l'Etat. Passé cette date, les communes devront s'exécuter... mais sans subvention.
Après le bâton, la carotte : les communes méritantes, qui auront réalisé leur aire d'accueil dans les délais, se verront épaulées rapidement par la force publique en cas de problèmes et bénéficieront d'éventuels recours en justice grâce à l'aide de l'Etat. Ceux qui n'auront pas obtempéré dans les temps ne devront pas attendre d'aide attentionnée...
Devant la fermeté du langage de la représentante de l'Etat, la marge est étroite, on le voit, pour les élus...

Claude Fouchier

Médoc

Vins

Lacanau

Carcans-Maubuisson

Hourtin

Naujac-sur-Mer

Vendays-Montalivet

Grayan-et-l'Hôpital

Soulac-sur-Mer

Le Verdon-sur-Mer

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
6 € N°141
Septembre/Octobre/Novembre 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous