Carcans-Maubuisson - N°100 - Juin/Juillet 2010

Polémique à la ZAC de Maubuisson

L’ouverture à l’aménagement de 7,5 hectares sur la ZAC de Maubuisson fait grincer des dents certains riverains. Le maire se veut rassurant.

med100-10ar.jpgLa Zone d’aménagement concerté (ZAC) de Maubuisson est un endroit idyllique. Dans un cadre où la nature règne en maître, de jolies maisons sommeillent à l’ombre des pins. Mais depuis quelques semaines, la quiétude de l’endroit est troublée par une polémique. En cause, la décision de la mairie d’ouvrir dans la zone 7,5 hectares à l’aménagement. Certains riverains, craignant pour l’environnement, crient à l’urbanisation sauvage. Une attitude qui ne manque pas d’irriter le maire. «On ne peut pas taxer la commune de ne pas préserver son environnement ! Cette opération n’est que la finalisation d’un programme engagé depuis de nombreuses années. Et tout se fait en parfaite transparence puisqu’une enquête publique s’est déroulée sur le sujet du 16 octobre au 18 novembre derniers.»
Au cours de cette enquête publique, l’association Vive la forêt dénonçait déjà «une volonté d’extension de l’urbanisation excessive» et estimait que «de telles modifications, portant atteinte à l’économie générale du plan d’occupation des sols, ne [pouvaient] être proposées que dans le cadre d’une révision générale», et non dans celui d’une procédure de révision simplifiée comme c’était alors le cas. Mais en donnant un avis favorable au projet, le commissaire enquêteur n’avait pas suivi ses conclusions.
Officiellement, la ZAC de Maubuisson n’existe plus, puisqu’elle a été clôturée en 2006. Sa procédure d’intégration dans le plan d’occupation des sols communal est en cours. Sur les 150 hectares qui constituaient cette ZAC, un droit à construire de 100 000 m² avait été établi. «70 000 m² ont déjà été réalisés, reprend le maire. Pour finaliser la zone, nous avons décidé d’aménager 7,5 hectares supplémentaires, soit moins que ce qu’il pourrait y avoir. Dans le même temps, nous avons décidé d’augmenter les espaces boisés classés de 15 hectares. Nous protégeons donc beaucoup plus que nous allons aménager.»
Cinq sites de la ZAC sont concernés par l’extension de l’aménagement. Dans la zone Oxygène - Les Cavales, la mise à disposition de 2,5 hectares permettra au village-vacances Belambra de se restructurer. Sur les sites des Sylvadours, de la Baynasse, de l’Ombrière et des Sylvaines, la mairie prévoit «une extension sous forme de maisons individuelles», une cinquantaine au total*.
Cet aménagement supplémentaire a de multiples objectifs. Dans la zone Oxygène - Les Cavales, il s’agit de «conforter une activité économique». Dans la zone résidentielle, il vise à la fois à rentabiliser les voies et réseaux (assainissement collectif notamment), mais aussi à dynamiser l’activité économique. «Le site de Maubuisson doit impérativement franchir un seuil minimal d’occupation afin que tous puissent bénéficier de commerces qui fonctionnent à l’année.»
Concernant les futures constructions le maire se veut rassurant. «Les règlements d’urbanisme seront les mêmes que ceux qui étaient appliqués jusqu’alors.» D’autre part, il précise que tous les permis de construire «seront soumis à l’architecte des Bâtiments de France car la zone est située en site inscrit».

* Dans le détail, 1,23 hectare sera ouvert à l’urbanisation aux Sylvadours, ce qui permettra l’implantation d’une dizaine de maisons. Sur le site de la Baynasse, une vingtaine de constructions pourront prendre place sur 1,86 hectare supplémentaire. A l’Ombrière, ce sont une douzaine de maisons qui pourront s’installer sur 1,08 hectare. Enfin, aux Sylvaines, 5 à 6 maisons sont attendues sur 0,66 hectare.

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander
6 € N°140
Juin/Juillet/Août 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous