Le Verdon-sur-Mer - N°111 - Avril/Mai 2012

Nouvelle vie pour la Maison de Grave

 

Blottie au milieu de nulle part, la Maison de Grave renaît de ses cendres. L’ancien petit village d’ouvriers va être transformé en relais pour randonneurs amoureux de la nature.

Le recul du trait de côte n’est pas une préoccupation récente. Le port de Bordeaux s’en inquiétait déjà au xixe siècle. En témoigne la Maison de Grave, un petit village construit à la Pointe de Grave dans les années 1840 pour héberger les hommes venus travailler sur les chantiers de lutte contre l’érosion marine. Outre la Maison de l’Ingénieur, destinée à accueillir – comme son nom l’indique – l’ingénieur des Ponts et Chaussées en charge des travaux, sept autres bâtiments abritaient les ouvriers, le matériel et les chevaux.

Depuis plusieurs décennies, les lieux étaient à l’abandon. Colonisées par la végétation et régulièrement squattées, les constructions n’étaient guère plus que des ruines. Mais le Conservatoire du littoral, propriétaire de l’ensemble, a décidé de redonner vie au site. Grâce à la forte implication de la Région Aquitaine et à la signature d’une convention avec un exploitant, Michel Dufour, la Maison de Grave va connaître une deuxième vie. Le propriétaire du centre équestre Les petits chevaux à Soulac, et président du Club des entrepreneurs du Médoc, est en effet en train de transformer les lieux en relais pour randonneurs nature, qu’ils soient à pied, à cheval ou en vélo. Il faut dire que la Maison de Grave est le cadre idéal pour ce genre d’activités. Située en bordure d’une forêt de chênes verts et d’arbousiers, à 200 mètres de la plage, elle est traversée par une voie jacquaire, longée par une piste cyclable et point de départ de nombreux chemins forestiers...

Mais pour l’heure, pas le temps de batifoler. Dans le petit hameau, les ouvriers sont partout. «Le chantier a un mois de retard, déplore Michel Dufour. On devait ouvrir à Pâques, mais ce ne sera pas possible. Nous avons eu quelques soucis d’intempéries, mais surtout des cambriolages sur le chantier qui nous ont beaucoup retardés.» L’avancement des travaux permet néanmoins de bien se rendre compte de ce que sera la Maison de Grave version 2012.

A l’entrée du site, la Maison du Pèlerin accueillera des groupes jusqu’à seize personnes. Le bâtiment suivant sera occupé par la salle de conférences et d’expositions qui pourra servir à des séminaires regroupant jusqu’à trente personnes. En face, un restaurant de soixante couverts, ouvert à l’année, servira «une cuisine de terroir, traditionnelle du Médoc», révèle l’exploitant. Les légumes qui agrémenteront les plats proviendront du potager de 1 000 m², attenant à l’établissement et qui existait déjà au xixe siècle. Les chevaux, eux, seront logés dans des écuries grand luxe : douze box de 20 m² en pierres de taille seront à leur disposition. «Le site étant protégé, il a fallu restituer en l’état les bâtiments existants, ce qui explique cette qualité...» Une sellerie et deux grands paddocks seront également accessibles aux cavaliers. Un peu plus loin, une maison a été aménagée pour le gardien qui restera à demeure en permanence. L’ancien château d’eau deviendra prochainement une chambre. Mais le clou du spectacle reste la Maison de l’Ingénieur. Construite au sommet de la dune, cette maison en pierres, bâtie selon le modèle hollandais, a été transformée en huit chambres d’hôtes offrant une vue imprenable sur le site et sur l’océan. Un projet d’un coût total de 1,8 M€, dont 500 000 € à la charge de l’exploitant. Pour autant, la Maison de Grave ne sera pas élitiste. Les tarifs de location sont très abordables : de 15 à 20 € par personne la nuit avec petit déjeuner dans la Maison du Pèlerin, et entre 50 et 60 € la nuit avec petit déjeuner pour deux personnes dans une chambre de la Maison de l’Ingénieur. De quoi satisfaire les bourses même les plus modestes... dès que les travaux seront finis. En mai, si tout va bien.

 

 

Commentaires des internautes
guy & m.jo - le 19/04/2012 à 21:00
Quelle bonne idée de faire revivre ce site, dans le respect de l'environnement !
Douces nuits, vous qui auraient la chance de vous
reposer à "maison de grave"...
Soyez à l'écoute :les vagues toutes proches...les
oiseaux qui piaillent à qui mieux mieux au lever
du jour, dans les chênes centenaires...
Soyez curieux : vous verrez les écureuils sautant
de branche en branche...
Maison de grave est un des plus beaux sites
que nous connaissions !!!
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
6 € N°142
Décembre/Janvier/Février 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous