Sommaire du journal N°46 - Juin/Juillet 2001

Chers lecteurs,

On se rend compte aujourd'hui que les conséquences de la tempête sur la forêt médocaine sont comparables à ce que la crise du phylloxéra a été autrefois pour la vigne.
Ce n'est pas la récolte d'une année qui passe à l'as, c'est la ressource elle-même qui est détruite et qu'il faudra des années à reconstituer.
Et beaucoup d'argent. Ce qui sera en dehors des moyens de centaines de sylviculteurs et des communes forestières propriétaires de milliers d'hectares de pins.
Impossible, par exemple, pour Vendays d'investir les 30 millions de francs nécessaires pour reconstituer les 1 500 hectares sinistrés de la forêt communale. Il ne reste aux élus qu'une solution : confier la gestion de leur forêt à l'ONF, à l'Etat. Ce n'est pas sans un serrement au cœur qu'ils prennent cette décision, eux qui étaient indépendants avec leurs forêts "non soumise", le terme est éloquent. L'orgueil blessé, ils tentent d'en minimiser la portée : ils resteront propriétaires et leurs concitoyens pourront continuer à se promener dans "leur" forêt.
Il reste que, ne pouvant plus compter sur les millions que rapportait la forêt, le budget des communes forestières est lourdement touché. Comme on ne peut pas augmenter indéfiniment les impôts et qu'il est difficile – mais non impossible – de mieux valoriser le tourisme, il faudra impérativement trouver d'autres ressources. Lesquelles ?

Claude Fouchier

Médoc

Vins

Lacanau

Carcans-Maubuisson

Hourtin

Naujac-sur-Mer

Vendays-Montalivet

Grayan-et-l'Hôpital

Soulac-sur-Mer

Le Verdon-sur-Mer

Chronique juridique

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander
5 € N°144
Juin/Juillet/Août 2018

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous