Sommaire du journal N°137 - Septembre/Octobre/Novembre 2016

Chers lecteurs,

«La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.»

Tel est le premier article de notre constitution. Mais dans notre «république monarchiste», la décentralisation avance à petits pas. On a pourtant empilé les administrations : communes, communautés de communes, départements, régions... à côté de l’Etat censé ne plus exercer de «tutelle» mais seulement un «contrôle de légalité». Simple différence sémantique, l’Etat est toujours bien présent.

On a voulu mettre un coup d’accélérateur avec la loi NOTRe dont l’une des principales propositions était la suppression des Départements à l’horizon 2020. On sait qu’il n’en a rien été sous la pression notamment du Sénat où siègent une cinquantaine de conseillers départementaux.
L’autre volet important de la loi a été d’éliminer les petites communautés de communes en les obligeant à se regrouper avec d’autres pour atteindre au moins les 15 000 habitants. Cela a été le cas des communautés de communes des Lacs médocains et de la Pointe du Médoc regroupées dorénavant dans la CdC Médoc Atlantique. Le principe étant que l’union fait la force et que ce regroupement engendrera des économies d’échelle.

Certains élus sont dubitatifs, comme Véronique Chambaud, maire de Queyrac, qui fait remarquer qu’il y a déjà eu une étude de 81 000 euros pour régler le problème de fusion et que «celle-ci ne pourra se faire sans bureaux d’études pour régler tous les problèmes». Et la maire de prendre l’exemple de la taxe de séjour que, dans la CdC des Lacs médocains, les communes reversent à l’office de tourisme alors que dans la CdC de la Pointe du Médoc elle est en partie affectée à la surveillance des plages. Sans parler de Vendays-Montalivet qui n’entend pas la verser à la CdC sans contrepartie...

Le choix du nombre de délégués à la nouvelle CdC était entre 31 ou 38. Le second chiffre a été choisi avec une belle unanimité... Il faudra bien sans doute un peu de personnel pour la nouvelle structure, payer les indemnités de déplacement, etc. 

Et puis va-t-on construire un beau bâtiment pour le siège de Médoc Atlantique ? Bref, les économies espérées ne sont pas pour demain...

Claude Fouchier

 

Médoc

Vins

Lacanau

Carcans-Maubuisson

Hourtin

Naujac-sur-Mer

Vendays-Montalivet

Grayan-et-l'Hôpital

Soulac-sur-Mer

Le Verdon-sur-Mer

Loisirs

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander
5 € N°140
Juin/Juillet/Août 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous