Sommaire du journal N°128 - Février/Mars 2015

Chers lecteurs,

Tout le littoral médocain attend avec inquiétude la grande marée du 21 mars, baptisée improprement «marée du siècle» – une marée de telle ampleur, avec le coefficient maximum de 119, se produit tous les 18 ans. On croise les doigts pour qu’il n’y ait pas de tempête ce jour-là, la conjonction d’une tempête avec un tel coefficient pouvant être catastrophique, à l’exemple de Xynthia.

L’inquiétude est la plus forte à Lacanau et à Soulac où les comptes des communes sont déjà plombés à la suite des tempêtes de l’hiver dernier, même si l’Etat, la Région et le Département ont mis la main à la poche.

En ces temps de disette économique – la baisse des dotations de l’Etat aux communes a été l’an dernier de près de 10 % et il en sera de même dans les deux ou trois prochaines années – on ne voit pas comment, sauf à s’endetter davantage encore, Lacanau et Soulac pourraient se dispenser d’augmenter les impôts locaux.

A Soulac vient se greffer un problème supplémentaire avec l’immeuble le Signal où ni l’Etat, ni la commune, ni la Communauté de communes ne veulent indemniser les propriétaires à la hauteur de leurs souhaits. Ceux-ci, déboutés par le tribunal administratif, ont fait appel en confiant leurs intérêts au redoutable cabinet de Corine Lepage. Celle-ci attaque la commune en l’accusant de n’avoir rien fait pour protéger l’immeuble, au contraire de l’Amélie qui a été, dit-elle, l’objet de tous ses soins. Baroud d’honneur sans doute pour les propriétaires du Signal dont beaucoup pensent qu’il ne leur reste que leurs yeux pour pleurer.

Claude Fouchier

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
5 € N°140
Juin/Juillet/Août 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous