Sommaire du journal N°120 - Octobre/Novembre 2013

Chers lecteurs,

A quelques mois des élections municipales, les futurs élus – ou réélus – savent qu’il doivent désormais compter avec les diverses associations qui se sont multipliées ces derniers temps et, en premier lieu, avec la plus importante d’entre elles Vive la Forêt (VLF). On résumera dans notre prochain numéro, à la suite de la réunion de son conseil d’administration, ses différentes actions. Mais d’ores et déjà on sait que VLF, qui a été déboutée par le tribunal administratif de Bordeaux dans son recours contre le schéma de cohérence territoriale de la communauté de communes des Lacs médocains, va faire appel. Cette même VLF demande l’annulation du permis de construire de la centrale photovoltaïque de Naujac qui devrait rapporter 150 000 euros à la commune. Celle-ci contre-attaque en réclamant des indemnités pour préjudice financier.

Une autre association donne bien du souci aux élus hourtinais. Il s’agit d’Impact 33990 qui se bat contre l’implantation d’une usine biomasse dans la zone d’activités des Bruyères qui a été acceptée par la préfecture.

Ces mêmes élus hourtinais sont toujours dans l’expectative concernant le sort de l’ancien Centre de formation de la Marine (CFM) où les promoteurs belges ont, semble-t-il, commencé à s’activer.

On s’en rend compte, la fonction d’élu n’est pas de tout repos. On verra dans quelques semaines si les candidats se bousculent au portillon...

On lira, avec amusement, la mésaventure d’un Hourtinais qui s’est fait tancer par le responsable de la réserve naturelle des Dunes et Marais d’Hourtin pour avoir cueilli des mûres dans la zone de protection intégrale, dont l’accès est interdit. On fait remarquer que le responsable de la réserve est arrivé en 4 x 4 et que, comme le fait remarquer le président des Amis d’Hourtin-Plage, l’ONF commercialise des chasses à la journée. Il s’agit, rétorque le responsable de l’ONF, de réguler la surpopulation des cervidés, problème effectivement récurrent dans les Landes de Gascogne.

Puisqu’on parle de réserve naturelle, notons qu’une réserve biologique de 214 hectares a été inaugurée il y a quelques jours sur la rive orientale du lac de Lacanau. L’originalité de cette réserve est qu’elle présente un paysage préservé depuis le début du xixe siècle avant la plantation des pins maritimes, voulue par Napoléon iii pour assainir les marais. La réserve abrite ainsi «l’un des derniers ensembles de marais jamais assainis et une faune et une flore exceptionnelles». 2,5 km, d’un itinéraire qui prend son départ derrière la maison de retraite de Lacanau jusqu’à la pointe sud du lac. Une balade à découvrir...

Claude Fouchier

Médoc

Vins

Lacanau

Carcans-Maubuisson

CdC des Lacs Médocains

Hourtin

Naujac-sur-Mer

Vendays-Montalivet

Grayan-et-l'Hôpital

Soulac-sur-Mer

CdC Pointe du Médoc

Le Verdon-sur-Mer

Loisirs

Livres

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
6 € N°137
Septembre/Octobre/Novembre 2016

Commander
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous