Vins - N°122 - Février/Mars 2014

Un turbo pour les crus bourgeois

Les crus bourgeois vont multiplier les opérations de promotion en 2014. De quoi renforcer une véritable offre alternative face aux stars du Médoc hors de portée.

Qui succédera aux châteaux Devise d’Ardilley (Saint-Laurent-Médoc), Poitevin (Jau-Dignac et Loirac) et Muret (Saint-Seurin-de-Cadourne), les trois derniers vainqueurs de la Coupe des crus bourgeois ? Réponse au mois de mai prochain à Paris où se déroulera cette compétition désormais placée sous l’égide du Point et de notre confrère Jacques Dupont. La délocalisation dans la capitale de cette compétition qui a repris ses droits en 2011 après 11 ans d’interruption s’inscrit clairement dans une volonté de l’Alliance des crus bourgeois d’accroître la visibilité de cette catégorie de vins encore abordables pour le commun des mortels1. Or, les crus bourgeois pèsent 30 % de la production viticole du Médoc et le quart des surfaces avec 4 400 hectares. 

«Le total des crus bourgeois, c’est 30 millions de cols vendus dans le monde, rappelle Frédérique de Lamothe, directrice de l’Alliance. Aux Etats-Unis, nous sommes passés de 130 vins diffusés à 170. Il y a actuellement une reconquête de ce marché après l’annulation du classement. Parker est revenu il y a deux ans, il en a noté 70. En 2013, il en a goûté 205 et a été épaté par le bond qualitatif.» Une onction quasi pontificale n’en est pas pour autant une politique. La structure qui a pris le relais du défunt syndicat et qui vient d’élargir son champ d’action à la promotion s’emploie activement à faire bouger les lignes dans un paysage dominé par les grandes étiquettes et des habitudes de consommation ronronnantes. 

En 2014, ce ne sont pas moins d’une centaine d’actions de communication qui devraient être menées. C’est trois fois plus qu’il y a trois ans avec des moyens financiers renforcés – un budget promo de 800 000 € – alors que le CIVB qui est pourtant l’interprofession la plus riche de France est contraint de réduire la voilure pour les deux années à venir. L’Asie avec le Japon et la Chine à l’occasion d’une semaine de promotion ; l’Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni avec des opérations presse ; les Etats-Unis à l’occasion de la sortie d’un livre sur les crus bourgeois à l’initiative de la Commanderie du Bontemps de New York ; les grands centres de consommation et toutes les opportunités de développement sont au cœur de la stratégie 2014. Le marché domestique où le consommateur boude les vins de Bordeaux (2 % de baisse des vedettes dans la grande distribution) n’est pas pour autant mis de côté. Les crus bourgeois du Médoc seront présents au nouveau salon Vinipro qui se tiendra à Bordeaux du 3 au 5 mars. Cette manifestation se veut être le «rendez-vous avec la nouvelle génération des vins de Bordeaux et du Sud-Ouest». Un Vinexpo en réduction, aux ambitions moins planétaires et plus locales.

 

1 «Le cœur de marché en France» se situe «entre 7 et 15 euros la bouteille», estime Frédéric de Luze, président de l’Alliance. Sud-Ouest du 9 janvier 2014.

 
Photo : Présentation du millésime 2011 en décembre dernier au Palais de la Bourse à Bordeaux. Plus d’une centaine d’opérations de promotion sont au programme des crus bourgeois en 2014.
 

 

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
5 € N°140
Juin/Juillet/Août 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous