Loisirs - N°114 - Octobre/Novembre 2012

Sorties

 

Amour, amitié, Facebook

Pièce sans prétention autre que celle de faire rire et détendre l’atmosphère, Le club des célibataires est un spectacle dans l’esprit café-théâtre qui tourne actuellement dans toute la France. Il fait escale le temps d’une soirée à Lacanau pour raconter l’histoire de deux amis Yohann et Enzo, en colocation depuis deux ans. Un jour ils décident de mettre une annonce pour trouver un nouveau colocataire. Cette colocataire sera Léa. Chacun des deux hommes tombe sous le charme de cette séduisante jeune femme. Le hic, c’est qu’elle a déjà un homme dans sa vie. On vous laisse deviner la suite.

Samedi 3 novembre à 20h30, salle l’Escoure à Lacanau-océan

 

 

Robert Lamoureux «casse la soupière»

L’entreprise familiale des robinets Dubard, dirigée par Paul Dubard, prend l’eau de toutes parts. Tante Violette dite «La soupière» possède soixante hectares d’un vignoble médiocre dans le Bordelais qu’une multinationale américaine souhaiterait acquérir à prix d’or. Pour renflouer son affaire, Paul tente de convaincre sa tante d’accepter la vente. Veto de la tante ! Une idée diabolique germe alors dans l’imagination de la gouvernante au passé plus que douteux. Elle propose à Paul de «casser la soupière», c’est-à-dire supprimer la tante… Ecrit avec le talent que l’on sait par le regretté Robert Lamoureux, cette Soupière est un des plus grands succès de ce théâtre de boulevard dont le Théâtre des Salinières s’est fait une spécialité. Après une série de représentations dans la salle de la rue Buhan, la pièce part en tournée en passant notamment par Lacanau.

Les 19, 20, 25, 26, 27 octobre au Théâtre des Salinières à Bordeaux

Samedi 24 novembre à 21h, salle l’Escoure à Lacanau-océan

 

 

La Fontaine, évidemment…

Le Bordelais Daniel Buffet n’est pas le genre de metteur en scène à se prendre la tête entre les mains pour faire en sorte de pourrir la soirée de ceux qui viennent au théâtre dans l’espoir de passer un bon moment. Les spectacles qu’il dirige portent la marque du dépouillement et de la sobriété qui permettent au spectateur de se «faire du cinéma» comme disait Claude Nougaro ou de laisser l’esprit vagabonder à sa guise comme s’il écoutait la radio. Jérôme Sanson est un jeune acteur bordelais formé à la dure école du sport de haut niveau et de la danse. Il a déjà osé Zarathoustra, Le théâtre de la cruauté d’Arthaud… et ça a marché ! Enfin La Fontaine. Faut-il encore le présenter ? Ce n’est pas parce que Fabrice Lucchini a enregistré quelques-unes de ses fables que l’affaire est pliée ! Le dernier des grands classiques a encore des choses à nous dire avec son regard glacial et sa plume-scalpel sur les travers des puissants, la condition des pauvres, la naïveté et la cruauté humaines. Respect absolu du texte, à la virgule près, déplacements millimétrés entre chaque fable, clins d’œil sont les ingrédients de ces fables revisitées. Un spectacle à géométrie variable puisqu’il comporte une version plus ludique pour les enfants. Mairies et centres d’animation du Médoc seraient bien inspirés de faire appel à ce formidable conteur qu’était Jean de La Fontaine.

Du 12 octobre au 30 novembre (du mercredi au samedi à 20h30), Petit Théâtre, rue du Faubourg des Arts à Bordeaux

Tél. 05 56 51 04 73

 

 

Inventaire d’inventeurs

Novembre à Bordeaux, c’est le mois de Novart, biennale des arts de la scène. Dédiée aux inventeurs, cette édition se déroule, comme à l’accoutumée, dans tous les lieux culturels majeurs de la ville et de la communauté urbaine, au total une vingtaine. La direction artistique de la manifestation, confiée à Frédéric Maragnani et à l’équipe de La Manufacture Atlantique, a demandé à chacun des partenaires : «Qui sont pour vous les inventeurs ?» Chorégraphes, musiciens, auteurs, metteurs en scène, performeurs… tous, de Steven Cohen à John Cage, de la compagnie grecque Blitz qui présente pour la première fois en France sa nouvelle création, au jeune prodige new yorkais de la danse contemporaine, Daniel Linehan, inventent ou ont inventé des nouveaux langages. Des artistes émergents comme la chorégraphe Carole Vergne côtoieront des figures internationales comme Benjamin Millepied ou le compositeur Baptiste Trotignon qui invente pour le virtuose Nicholas Angelich un langage musical inédit entre jazz et classique. L’aventure ira aussi jusqu’à certaines inventions viticoles obsolètes inventoriées par le Frac Aquitaine…

Du 15 au 30 novembre 2012 à Bordeaux et CUB

Tél. 05 56 79 39 56

 

 

Histoires de douaniers

On l’oublie sans doute trop souvent, mais Bordeaux abrite le Musée national des douanes. Il est hébergé à l’hôtel des Fermes, dans la partie sud des bâtiments de Gabriel, place de la Bourse. Récemment, le musée proposait – sorte de clin d’œil – une exposition sur l’écrivain et contrebandier Henry de Monfreid. Un peu dans la même veine historique, c’est une présentation des Douanes en terres d’Asie et d’Afrique qui prend le relais. Puisant dans son fonds photographique et iconographique très riche, le Musée national met en lumière l’évolution et le rôle de l’administration des douanes dans les territoires concernés par l’expansion coloniale chère à Jules Ferry, phase que les historiens appellent le «Second empire colonial français».

Jusqu’au 24 mars 2013, du mardi au dimanche de 10h à 18h

Tél. 05 56 48 82 82

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
6 € N°133
Décembre/Janvier 2016

Commander
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous