Vendays-Montalivet - N°98 - Février/Mars 2010

Retour aux sources avec la cabane océane

Dès la saison 2011, le Centre héliomarin proposera un nouveau type d’hébergement écologique à ses clients en quête d’authenticité.

med98-14ar.jpgLe site naturiste du Centre héliomarin (CHM) de Montalivet comporte, en front de mer, une zone naturelle gérée par l’Office national des forêts (ONF). L’ancienne convention ONF n’y autorisait que l’implantation de caravanes et de tentes, alors que la nouvelle permet l’aménagement d’habitations légères de loisirs en nombre limité et ce dans le respect de la charte ONF.
La direction du CHM a donc décidé d’y développer un nouveau type d’hébergement : la cabane océane. «Le concept est de revenir vers les premiers hébergements construits ici, qui étaient certes assez rudimentaires, mais surtout proches de la nature et respectueux de l’environnement», explique François Teulié, directeur commercial du CHM. Ce nouvel habitat est un petit bungalow de 25 m² destiné à accueillir des familles de quatre personnes.
Pour avoir un minimum d’impact sur l’environnement, la construction met en œuvre des matériaux recyclables et se veut autonome en énergie. Eco construction en bois issu de forêts gérées et labellisées, la cabane océane, que l’on doit à l’architecte Marie-Neige Degrendel, est équipée de panneaux solaires pour la production d’électricité et d’eau chaude, d’ampoules à leds faiblement énergivores, de réducteurs de débit sur les points d’eau, d’une chasse d’eau double débit et de bacs de tri sélectifs. En option, elle peut également être équipée d’une citerne souple pour la récupération des eaux pluviales utilisées pour alimenter la chasse d’eau des toilettes, tandis que le traitement autonome des eaux usagées et les toilettes sèches sont à l’étude.
«Largement ouverte vers l’extérieur grâce à sa grande baie vitrée, ses nombreuses fenêtres et sa terrasse, la cabane océane constitue un formidable compromis pour les amoureux de la nature plébiscitant une vie dedans/dehors», souligne le directeur commercial. D’autant que, comme dans les tout premiers hébergements du centre, la douche est installée à l’extérieur.
Dans le quartier des Ajoncs, à deux pas de la plage, la construction du village de cabanes ne démarrera que pour la saison 2011. Une première tranche de douze unités sera réalisée. D’autres suivront en fonction de la demande. «Sur cette zone nous avons la possibilité d’implanter jusqu’à 120 cabanes, en respectant un quota de 30 % de propriétaires et 70 % de locataires, reprend François Teulié. Mais il n’est pas certain que nous en ferons autant. Nous ne voulons pas dénaturer l’environnement.» Le respect de la nature est au cœur de cette réalisation qui s’accompagnera d’ailleurs de l’aménagement d’un parcours découverte de la faune et de la flore.

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
5 € N°144
Juin/Juillet/Août 2018

Commander
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous