Livres - N°111 - Avril/Mai 2012

Livres

 

Vincent Poussard, cuisinier de la République, de l’Elysée aux fourneaux du Sud-Ouest, Joël Raffier, Ed. Le Festin, 300 pages, 22 €

«C’était à Grézillac, faubourg de Bordeaux, dans les jardins d’André Lurton.» Il faut un sacré culot et une bonne dose de talent pour pasticher l’une des plus célèbres premières phrases de la littérature française aux fins de brosser le portrait du cuisinier de «Tonton», entre autre fait de gloire de Vincent Poussard. Elle est empruntée au début de Salammbô de Gustave Flaubert : «C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar»… Un telle entame cela vous met en appétit pour suivre les aventures picaresques de cet enfant de Melle mais natif de Niort. Un chef atypique qui a eu un jour une idée de «taré» : faire la brèche de Roland par l’échelle des Sarradets en VTT ! Un cuistot un peu pistonné par Ségolène Royal et beaucoup par Danielle Mitterrand pour effectuer son service militaire derrière les fourneaux et les casseroles du service privé du président Mitterrand après avoir fait ses classes au CFM d’Hourtin : «Je suis rentré au “privé” pour préparer les sandwiches et les maigres salades de Madame. Sauf que, quand j’ai commencé à faire manger l’Ancien, cela lui a plu […] Il était de Jarnac, je suis de Niort. Je lui ai fait une cuisine d’instinct et de produits, loin de la cuisine protocolaire habituelle. Point barre !». Au total, Vincent Poussard est resté quatre ans à l’Elysée faisant ainsi ample connaissance avec un lieu de pouvoir propice au combat des chefs, au sens cuisinier du terme. L’accession de Vincent Poussard au «saint des saints» a été mal vécue par Joël Normand, cuisinier officiel, celui des dîners protocolaires et des grands raouts, grand professionnel mais piètre psychologue. Entrecoupé de témoignages de ses pairs et de gros plans sur quelques produits adulés par Vincent Poussard, ce livre se lit comme les chroniques culinaires de Joël Raffier dans le mensuel Spirit ou ses critiques théâtrales dans Sud-Ouest : avec délectation.

 

Architecture et ornementation des villas de Soulac (1861-1936), Julie Jermannaud, Ed. PRNG, 182 pages, 19,95 €

Pourquoi les visiteurs découvrant Soulac tombent-ils sous le charme dès le premier regard ? Outre la plage de sable fin, la basilique romane et l’environnement naturel préservé, la richesse architecturale des 500 «villas soulacaises» de la fin du XIXe siècle ne peut laisser insensible. Ce livre s’attache à valoriser les détails architecturaux d’une grande finesse, leurs nuances délicates, ainsi que la variété des ornements, qui, malgré leur diversité impressionnante, expriment cependant une homogénéité et un esprit unique.

 
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 

Boutique
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous